WP2 – Des comportements à l’urbanisme

WP2 – Des comportements à l’urbanisme

WP2.A. Expérience contrôlée randomisée ciblant les obstacles aux changements de mode de transport

Sur la base des goulets d'étranglement scientifiques identifiés, nous développerons et testerons l'efficacité d'un programme d'intervention visant à changer durablement les modes de transport vers un transport plus actif, en incluant à la fois des leviers financiers et motivationnels, et basé sur une expérience rigoureuse randomisée et contrôlée. Nous recruterons un groupe de sujets utilisant leur voiture sur une base régulière pour se rendre au travail et ouvert au passage à des modes de transport "plus propres".

Les participants au volet principal de l'étude suivront un programme d'intervention.

L'intervention comprendra différents facilitateurs. L’autre originalité de cette étude sera d'examiner les effets à long terme de l'intervention et d'inclure des mesures objectives du changement de comportement et de l'exposition à l'environnement. Plus précisément, les groupes seront suivis pendant un an (entrevues, suivi de traces GPS, exposition personnelle à la pollution atmosphérique et qualité de vie). Après l'intervention, des entrevues personnelles seront menées pour comprendre pourquoi les participants de chaque groupe ont changé ou n'ont pas changé leurs habitudes de mobilité. L'activité dans l'espace-temps, l'exposition à la pollution atmosphérique, la qualité de vie (au moyen du questionnaire SF36 de l'OMS) et les variables motivationnelles (p. ex. attitudes, contrôle comportemental perçu) seront évaluées avant, pendant et après la période d'intervention dans les groupes d'intervention et de contrôle.


L'intervention sera composée de 3 étapes :
  • La sélection d'un groupe homogène de volontaires (en termes de situation de vie) issu de l'enquête de population. Une observation initiale de 2 semaines permettra de décrire leurs schémas spatio-temporels quotidiens habituels (itinéraires, modes de transport).
  • La phase d'intervention
  • Un suivi post-intervention.

WP2.B. Mobilité, chauffage et urbanisme : quelles interactions et quels impacts sur la qualité de l'air à long terme ?

Au-delà des changements de comportements individuels, les leviers d'action sur les territoires s'appuient également sur des leviers structurels et collectifs liés à une organisation globale de l'aménagement du territoire. Cependant, les modifications des infrastructures d'aménagement du territoire et de transport ne peuvent qu'évoluer et interagir à long terme. Ces questions à long terme sont également au cœur de l'évolution des émissions de gaz à effet de serre.

Pour explorer le potentiel théorique de ces derniers leviers, nous développerons une chaîne de modélisation basée sur la séquence de trois modèles : simulation de trafic / émissions / concentration de polluants dans l'atmosphère. La modélisation du trafic est le modèle TRANUS de l'agglomération grenobloise récemment mis en œuvre par l'INRIA et l'IFSTTAR avec les autorités locales dans le cadre du projet CITiES ANR. TRANUS est un modèle LUTI (Transport and Land Use Interactions) et en plus de permettre la simulation de trafic à court terme, TRANUS peut simuler les interactions mutuelles à long terme entre la localisation des entreprises et des ménages et l'offre de transport. Les émissions polluantes sont estimées par le modèle ESPACE développé par ATMO AuRA qui s'appuie sur des méthodologies nationales et européennes et une base de données complète d'activités (nombre de véhicules, ratio de poids lourds, vitesse...). Les données d'émission ainsi générées sont ensuite utilisées comme entrées dans le modèle SIRANE développé par ATMO AuRA pour estimer la concentration des polluants atmosphériques (concentration de PM, oxydes d'azote). Cela permettra d'évaluer des scénarios d'évolution prospective spécifiques de la configuration de l'agglomération grenobloise à l'horizon 2050.

D'autres facteurs d'émission (évolution technologique de la flotte de véhicules, efficacité énergétique des bâtiments, mix énergétique des secteurs résidentiel et tertiaire, diminution des vieux véhicules diesel et des poêles à bois de faible qualité) seront également étudiés. Dans la mesure du possible, ce travail s'appuiera sur les résultats développés dans le cadre du projet AETIC (ANR Ville Durable 2009) et du projet BIOMQA financé par l'ADEME.